Archives du mot-clé Sylvie Robert

Coupe du monde Longines FEI de saut d’obstacles / Julien Épaillard, le roi (de) Lyon

JULIEN ÉPAILLARD, LE ROI (DE) LYON COUPE DU MONDE LONGINES FEI DE SAUT D’OBSTACLES, DANS LE CADRE DU LONGINES EQUITA LYON, CONCOURS HIPPIQUE INTERNATIONAL


Extraordinaire !!! Julien Épaillard défie les lois du sport et affole les statistiques. Après le Longines Grand Prix de vendredi et les Equita Masters presented by Hermès Sellier samedi, le Tricolore s’est tout simplement offert ce dimanche le Longines FEI Jumping World CupTM de Lyon, en selle sur sa fabuleuse Caracole de la Roque, succédant au Suisse Martin Fuchs, numéro deux mondial et vainqueur des trois dernières éditions.

Long John Silver : Vrieling Jur
Copyright : PSV / J. Morel

C’est incontestablement LE maître du jeu et de la vitesse à Lyon, s’imposant dans toutes les épreuves auxquelles il a participé ce week-end. Le Normand Julien Épaillard, troisième au classement mondial Longines FEI, confirme son sacre et assoit son hégémonie actuelle avec cette soixante-huitième victoire internationale de la saison.

Caracole de la Roque : Epaillard Julien
Copyright : PSV / J. Morel

Alors qu’ils étaient six couples à avoir obtenu leur ticket d’entrée pour le barrage, quatre seulement ont réussi le doublé. La Française Pénélope Leprevost a donné le ton avec son aérien Bingo del Tondou et un premier temps de référence de 38’’89 (quatrièmes). S’élançant à sa suite, le Néerlandais Jur Vrieling et Long John Silver ne leur auront pas laissé longtemps le loisir de conserver la tête, affichant un chronomètre de 37’’97 à l’arrivée. Quatrième à prendre le départ de ce barrage, Julien Épaillard est alors entré dans l’arène, porté par le public et auréolé de ses tout récents succès. Retenant son souffle, le public a attendu jusqu’à la ligne d’arrivée pour applaudir l’ultime exploit du pilote, qui venait alors d’abaisser de près de trois secondes le temps de référence (34’’88). Ni le Danois Andreas Schou, en selle sur Darc de Lux, ni le Brésilien Marlon Modolo Zanotelli sur VDL Edgar M ne sont parvenus à faire mieux, le dernier cité s’intercalant néanmoins en deuxième position (35’’61).

Caracole de la Roque : Epaillard Julien
Copyright : PSV / J. Morel

A noter également côté tricolore, la septième place de Simon Delestre et son Cayman Jolly Jumper, qui ont écopé d’un malheureux point de temps dépassé en première manche, et la dixième place de Kevin Staut et Scuderia 1918 Viking d’La Rousserie, auteurs d’un parcours à quatre points.

VDL Edgar M : Modolo Zanotelli Marlon
Copyright : PSV / J. Morel

ILS L’ONT DIT

. Julien Épaillard
On ne s’attend jamais à un tel week-end. Il faut en profiter ! Je savais qu’il restait Marlon derrière moi au barrage. J’avoue que le double de verticaux me faisait un peu peur, et j’ai d’ailleurs eu un peu de chance. J’ai tenté de prendre un maximum de risques mais sans aller à la faute. Caracole va prendre du repos et je pense la monter sur l’étape de Madrid de la Coupe du monde Longines FEI. Elle a fait beaucoup de progrès cette année. Concernant Donatello, je pense qu’il est un peu jeune encore pour la Finale. Avec le staff français, nous sommes focalisés sur la préparation de Paris 2024 afin d’avoir une équipe solide et bien figurer.

Caracole de la Roque : Epaillard Julien
Copyright : PSV / J. Morel

. Marlon Modolo Zanotelli
Je n’ai pas vraiment regardé Julien pour ne pas me mettre trop de pression. Je savais qu’il serait imbattable s’il réussissait un bon barrage. Donc je me suis concentré sur mon travail et je suis très heureux de mon cheval qui a très bien sauté. J’adore la manière de travailler de Grégory Bodo (chef de piste, ndlr), même si j’aurais préféré davantage d’oxers que de verticaux dans ce barrage pour pouvoir aller plus vite !! (rires) J’ai la chance de pouvoir participer à ce circuit Coupe du monde Longines FEI en famille avec ma femme (la Suédoise Angelica Augustsson Zanotelli, ndlr), qui concourt avec moi et qui est devant moi dans le classement, tout en étant accompagné de mes enfants et mes parents. C’est le rêve d’une vie.

Caracole de la Roque : Epaillard Julien
Copyright : PSV / J. Morel

. Grégory Bodo, chef de piste
Je pense que nous avons eu un très bon concours, avec une montée en puissance depuis vendredi et le Longines Grand Prix pendant lequel j’ai voulu tester quelques séquences pour le Grand Prix Coupe du monde Longines FEI de dimanche. Avec un tel niveau de cavaliers, il faut créer de l’émotion tout en restant juste dans l’esprit.

Caracole de la Roque : Epaillard Julien
Copyright : PSV / J. Morel

. Sylvie Robert, présidente de GL events Equestrian Sport, organisateur du Longines Equita Lyon, Concours Hippique International
Quoi de mieux pour notre concours que d’assister à cette victoire de Julien Épaillard ? Le public est venu en nombre, et côté sport, nous avons eu du grand spectacle, avec neuf des douze meilleurs cavaliers mondiaux présents à Lyon. Grégory Bodo a d’ailleurs été un excellent chef d’orchestre. Merci à lui, aux cavaliers, à la Fédération Equestre Internationale de la confiance qu’elle nous témoigne depuis de nombreuses années, à la maison horlogère suisse Longines qui nous accompagne depuis 2013 et à la Fédération Française d’Équitation. Toute la famille du cheval français marche ensemble dans la direction des Jeux olympiques de Paris 2024.

Share This:

Equita Masters presented by Hermès Sellier / Julien Epaillard, encore, encore, encore !

EQUITA MASTERS PRESENTED BY HERMÈS SELLIER : ET DE TROIS VICTOIRES LYONNAISES POUR JULIEN ÉPAILLARD !

Mais qui donc arrêtera Julien Épaillard ? En deux jours, le cavalier français a tout simplement remporté les trois épreuves auxquelles il a participé. Associé à Donetallo d’Auge, un cheval issu de son élevage du Haras de la Bosquetterie, le pilote s’est adjugé les Equita Masters presented by Hermès Sellier version 2022, l’une des épreuves signature du Longines Equita Lyon, Concours Hippique International.

Comme-Laude W : Vrieling Jur
Copyright PSV / J. Morel

Cette victoire, Julien Épaillard est allé la chercher en signant le plus rapide des deux doubles sans-faute de l’épreuve. Dernier à s’élancer, il est parvenu à abaisser de près de deux secondes le chronomètre du Néerlandais Jur Vrieling, en tête jusqu’alors avec Comme-Laude W en 41’’79.
« Le fait de partir en dernier m’a donné de nombreuses informations sur le barrage. J’ai gagné du temps sur mon concurrent au début du parcours, ce qui m’a permis de bien soigner la fin qui était délicate, notamment le dernier vertical en bout de ligne », a-t-il analysé.

Texas : Leprevost Penelope
Copyright : PSV / J. Morel


Julien Épaillard conforte son statut de meilleur cavalier français, lui qui pointe actuellement à la troisième place du classement mondial Longines FEI de jumping. Ses statistiques affolent les compteurs avec désormais 67 succès en épreuves internationales cette saison. « Je n’en reviens pas moi-même. J’ai remporté les sept dernières épreuves que j’ai courues. J’ai l’opportunité de monter des chevaux d’exception, mais il faut toujours une part de chance. Il faut en profiter pendant que la vague est là », s’est réjoui l’heureux vainqueur.

Copyright : PSV / J. Morel

Les Bleus, de manière générale, ont fait une bien belle impression dans ces Equita Masters presented by Hermès Sellier puisque la championne de France Pro Élite en titre, Pénélope Leprevost, a pris la troisième place avec Texas. Au classement, six Tricolores figurent dans le top 10 de l’épreuve : la régionale de l’étape Mégane Moissonnier termine quatrième avec Bracadabra, Kevin Staut est sixième avec Dialou Blue PS. Simon Delestre et Grégory Cottard prennent les neuvième et dixième places, respectivement associés à Dexter Fontenis Z et Cocaïne du Val.

Copyright : PSV / J. Morel

  1. Julien Épaillard (FRA) et Donatello d’Auge 0/0 – 39’’69
  2. Jur Vrieling (P-B) et Comme-Laude W 0/0 – 41’’79
  3. Pénélope Leprevost (FRA) et Texas 0/4 – 38’’53
Julien Epaillard
Copyright : PSV / J. Morel

Share This:

FEI Jumping Ponies’ Trophy / VICTOIRE ET ÉMOTION POUR LA SUISSESSE LAURA ANDRE

FEI JUMPING PONIES’ TROPHY : VICTOIRE ET ÉMOTION POUR LAURA ANDRE

Ils étaient vingt-huit jeunes cavaliers à tenter de faire aussi bien que leurs aînés sur la carrière principale du Longines Equita Lyon, Concours Hippique International, pour leur étape du FEI Jumping Ponies’ Trophy, véritable Coupe du monde… à poney !

Belle épreuve que ce FEI Jumping Ponies’ Trophy cotée à 1,35m dont six couples sont parvenus à trouver la clef pour sortir sans encombre du parcours initial. Six espoirs du saut d’obstacles et autant de nations. Allemagne, Pays-Bas, Suisse, Suède, Irlande ou France : quel pays pour s’imposer lors de ce Grand Prix CWD FEI Jumping Ponies’ Trophy ?

Clementine : Andre Laura
Copyright PSV / J. Morel

Et pour la première fois à Lyon, la Suisse a finalement remporté la mise grâce à Laura Andre, en selle sur Clementine. Très émue, la demoiselle n’y croyait pas à l’annonce de sa victoire : « C’est tellement incroyable ! Je n’ai pas de mots. Je ne monte cette ponette que depuis un an. L’an dernier, nous évoluions sur la Tournée des As 1. Je n’y crois pas encore ! Je me suis appliquée à réaliser des parcours propres et je me suis dit que j’allais faire de mon mieux au barrage, et ça a fonctionné ! »

Clementine : Andre Laura
Copyright PSV / J. Morel

Même si la France ne pointe qu’à la cinquième place finale de l’étape de ce Grand Prix CWD, le Tricolore Jack Conlon Gâteau et Samba van de Groenheuvel ayant écopé de deux fautes au barrage, le sélectionneur national Olivier Bost se dit satisfait de ses troupes et mesure la chance de pouvoir évoluer sur une telle piste. « Avant tout, nous remercions GL events et Sylvie Robert de nous permettre d’être ici avec nos poneys au coeur le CSI 5*. Tous nos cavaliers français ont bien monté, même si nous avons manqué d’un petit peu de réussite au barrage. Tous les feux sont au vert pour une belle saison 2023. Je suis aussi très heureux que tout le public dans les tribunes ait joué le jeu en soutenant tous les enfants, et peut-être un peu plus les Français », a-til conclu avec le sourire.

Clementine : Andre Laura
Copyright PSV / J. Morel
  1. Laura Andre (SUI) et Clementine : 0/0/36’’03
  2. Franca Clementine Kröly (ALL) et Karim van Orchid S : 0/0/36’’88
  3. Ben Walsh (IRL) et Derryvane Belle : 0/4/33’’83

Share This:

Coupe du monde Longines FEI de saut d’obstacles / Julien Epaillard caracole en tête du Longines Grand Prix

LONGINES GRAND PRIX : JULIEN ÉPAILLARD CARACOLE EN TÊTE

COUPE DU MONDE LONGINES FEI DE SAUT D’OBSTACLES DANS LE CADRE DU LONGINES EQUITA LYON, CONCOURS HIPPIQUE INTERNATIONAL

Il s’est offert deux Marseillaises en une journée. Déjà vainqueur du Prix Groupama, épreuve d’ouverture du CSI 5*-W du Longines Equita Lyon, Concours Hippique International, vendredi matin avec Donatello d’Auge, Julien Épaillard a doublé la mise en remportant, en soirée, le Longines Grand Prix aux commandes de sa bondissante Caracole de la Roque. Le cavalier tricolore confirme sa très grande forme du moment, lui qui occupe actuellement la troisième place du classement Longines des meilleurs cavaliers de saut d’obstacles au monde. Il signe là sa soixante-sixième victoire de l’année en concours international.

Caracole de la Roque : Epaillard Julien
Photo, Copyright : PSV / J. Morel

Alors qu’il s’élançait dans un barrage réunissant onze couples, le Normand a réalisé un temps record de 33’’20. Tournant très court, et maintenant toujours un rythme soutenu, le pilote n’a laissé aucune chance à ses concurrents. « J’ai eu beaucoup de chance sur le tour initial avec une entrée de triple compliquée, mais la jument a tellement de génie ! Je ne sais pas comment elle a réussi à sortir de cette combinaison sans pénalité. Elle est incroyable. En revanche, je me suis rattrapé au barrage. Là, j’ai fait mon boulot. C’est vraiment une jument hors norme et c’est un privilège de la monter. J’essaie de faire de mon mieux à chaque fois », a-t-il commenté peu
après sa victoire.

Caracole de la Roque : Epaillard Julien
Photo, Copyright : PSV / J. Morel

Le jeu du chronomètre et la performance de Julien Épaillard ont poussé les couples à prendre des risques. Mais le cavalier était bel et bien imprenable, s’imposant avec maestria. Il devance de près de trois secondes l’Allemande Jana Wargers, deuxième avec Limbridge (36’’04), et son compatriote Roger-Yves Bost en selle sur sa toute bonne Ballerine du Vilpion (36’’98).

Caracole de la Roque : Epaillard Julien
Photo, Copyright : PSV / J. Morel

Cette épreuve a permis aux meilleurs concurrents de se qualifier pour les Equita Masters presented by Hermès Sellier programmés samedi soir ainsi que pour la Longines FEI Jumping World Cup™ de dimanche après-midi.

  1. Julien Épaillard (FRA) et Caracole de la Roque : 0/0/33’’20
  2. Jana Wargers (GER) et Limbridge : 0/0/36’’04
  3. Roger-Yves Bost (FRA) et Ballerine du Vilpion : 0/0/36’’98

Share This:

Coupe du monde FEI de dressage / À Lyon, la numéro 1 mondiale voit la vie en rose

À LYON, LA NUMÉRO 1 MONDIALE DE DRESSAGE, L’ALLEMANDE JESSICA VON BREDOW-WERNDL, VOIT LA VIE EN ROSE

COUPE DU MONDE FEI DE DRESSAGE, DANS LE CADRE DU LONGINES EQUITA LYON, CONCOURS HIPPIQUE INTERNATIONAL

Leur histoire continue de s’écrire. Après trois titres européens et deux titres olympiques en 2021, une victoire dans la Finale de la Coupe du monde FEI de dressage en 2022 et un heureux événement pour la cavalière cet été, le couple numéro un du dressage mondial a confirmé son retour et sa suprématie. Il a remporté samedi à Lyon la FEI Dressage World CupTM – Grand Prix Freestyle presented by FFE GENERALI. Oui, l’Allemande Jessica von Bredow-Werndl et sa jument de cœur TSF Dalera BB ont encore frappé !

Elles ont de nouveau affolé les compteurs, se voyant attribuer de la part des juges l’excellente moyenne de 90,140 %. Devant des tribunes combles, l’amazone et sa complice ont déroulé une reprise tout en fluidité et précision. Une reprise à la saveur particulière… Car l’Allemande avait choisi Lyon pour son retour sur la scène internationale après la naissance de son deuxième enfant, Ella, début août et avait aussi décidé de présenter un tout nouveau thème musical. Et quel thème ! Une musique aux notes françaises, replongeant le public dans les classiques d’Édith Piaf.

Une championne en suit une autre puisque l’athlète féminine olympique la plus titrée au monde, toutes disciplines confondues, l’Allemande Isabell Werth, s’est adjugé la deuxième place avec le puissant Emilio. Le couple a présenté une reprise solide aux airs de « dolce vita » et d’opéra, notée à 87,945 %. L’Allemagne fait ainsi coup double dans ce FEI Dressage World CupTM – Grand Prix Freestyle presented by FFE GENERALI. Et le triplé n’est pas passé loin… Benjamin Werndl, frère aîné de Jessica von Bredow-Werndl, a pris la quatrième place de l’épreuve, obtenant 82,775 % aux commandes de Famoso OLD. La troisième place revient toutefois au Suédois Patrik Kittel, grand fidèle de l’arène lyonnaise et ravi des performances de Touchdown avec 84,630 %.

Des quatre couples tricolores au départ de cette épreuve, Morgan Barbançon et Sir Donnerhall II OLD signent la meilleure performance avec une belle sixième place et une note de 77,255 %. Pauline Basquin (74,770 % avec Sertorius de Rima Z IFCE), Alexandre Ayache (73,250 % avec Jolene) et Guillaume Lundy (72,690 % avec Tempo IFCE) réalisent un tir groupé en neuvième, dixième et onzième positions.

ILS L’ONT DIT

. Jessica von Bredow-Werndl (GER)
J’aime la France. Mes principaux partenaires sont français. J’aime aussi beaucoup la musique française, notamment Édith Piaf et son titre « Je ne regrette rien ». J’ai toujours des frissons quand j’écoute ses chansons. Un jour, ma mère m’a soufflé l’idée d’utiliser cette musique. Je dois dire qu’elle incarne parfaitement l’histoire d’amour entre Dalera, la France et moi. J’ai profité de mon congé maternité pour préparer cette Reprise Libre en Musique. Il y a eu une première version, puis une seconde et mercredi dernier, quand je l’ai déroulée pour la dernière fois, j’ai senti que j’avais trouvé la bonne formule et qu’elle plaisait aussi à Dalera. J’ai été très exigeante et j’ai voulu me surpasser. Je trouve que cette reprise nous va
bien.

. Isabell Werth (GER)
Je très satisfaite d’Emilio aujourd’hui. Il était bien plus relâché et détendu. Hier, dans le Grand Prix, j’ai commis une erreur et d’autre part, je pense que la chaleur a pesé sur lui. Ce n’était pas de sa faute. Aujourd’hui, j’ai mieux géré la détente. D’ailleurs, juste avant d’entrer en piste, nous sommes allés marcher quelques minutes dehors pour prendre un grand bol d’air frais.

. Morgan Barbançon (FRA)
Lyon est vraiment mon concours de cœur. Cela marque aussi le début de la saison indoor. Malgré une petite baisse de forme hier, mon cheval a joué le jeu aujourd’hui et je l’ai trouvé en pleine forme. Bien sûr, il nous reste du travail, mais il a envie de bien faire. Cela donne le sourire.

. Sylvie Robert, présidente de GL events Equestrian Sport, organisatrice du Longines Equita Lyon, Concours Hippique International
Bravo et merci aux cavaliers pour ce grand moment de sport. Nous sommes vraiment très heureux d’accueillir tous ces athlètes. Nous avons rarement eu un tel niveau de compétition à Lyon. Je voudrais aussi remercier la Fédération Équestre Internationale de sa confiance, de nous accorder ces quatre étapes des Coupes du monde. Nous sommes très heureux de pouvoir les proposer à Lyon et de compter sur un tel public, qui a toujours été au rendez-vous de cette FEI Dressage World CupTM Grand Prix Freestyle présenté par FFE GENERALI.

Share This:

LONGINES EQUITA LYON

J-1 Equita Lyon, le Salon du Cheval de Lyon – Une édition placée sous le signe du bien-être des chevaux

J-1 : DEMAIN, LA 28E ÉDITION D’EQUITA LYON,
LE SALON DU CHEVAL DE LYON, OUVRE SES PORTES

 

UNE ÉDITION PLACÉE SOUS LE SIGNE DU BIEN-ÊTRE DES CHEVAUX
 

Cette fois, c’est parti ! Dès demain, mercredi 26 octobre, des milliers de passionnés et de familles vont converger vers Lyon-Eurexpo, à l’occasion de la 28e édition d’Equita Lyon, le Salon du Cheval de Lyon. Avec une moyenne de 170 000 visiteurs ces dernières années, Equita est le plus grand rendez-vous indoor dédié au cheval en France. Ambassadeur exigeant du bien-être des chevaux depuis sa création en 1994, Equita Lyon fait de cette nécessité absolue son fil rouge 2022.

Informer, sensibiliser, susciter le dialogue, contrer certaines idées reçues largement répandues : Equita s’engage à porter le sujet auprès de ses différents publics, acteurs de la filière et simples visiteurs, en mettant dans la lumière les différentes actions menées au bénéfice du bien-être des équidés et l’urgence, pour tout un chacun, de s’impliquer pour que vive le sport équestre et que soit préservée, en toute circonstance, la santé physique et mentale de l’athlète-cheval.

Partout dans les 140 000 m2 du salon, à l’abord des onze carrières animées en continu, des spots vidéo, réalisés en partenariat avec les sociétés-mères de la filière équine en France seront diffusés ; des démonstrations de bonnes pratiques visant le bien-être équin seront présentées aux visiteurs par des vétérinaires et d’autres professionnels de la santé du cheval. Point d’orgue de ces cinq jours dédiés au bien-être du cheval, la deuxième Journée Bien-Être Équin réunit, jeudi 27 octobre, socio-professionnels, passionnés et curieux, appelés à s’interroger et échanger autour des bonnes pratiques.

Sensibiliser dès le plus jeune âge
Les animations du Village Enfants d’Equita Lyon, le Salon du Cheval de Lyon, permettront également de sensibiliser les plus jeunes au bien-être qu’ils doivent à leurs montures, aussi petites soient-elles. Des séances de pansage des poneys seront organisées, ainsi que des quizz, qui mettront en lumière les bonnes pratiques visant la santé physique et mentale de son cheval. Des conférences pour les plus jeunes sont également au programme du cycle de conférences du Pôle Santé.

ILS PARLENT DU BIEN-ÊTRE ÉQUIN

Sylvie Robert, présidente de GL events Equestrian Sport, organisatrice d’Equita Lyon, le Salon du Cheval de Lyon, et du Longines Equita Lyon, Concours Hippique International :

« Dans moins de deux ans, les yeux de la planète entière seront rivés vers la Ville-Lumière et Versailles, hôte des épreuves d’équitation et de para-dressage des Jeux de 2024. L’enjeu est grand pour la filière cheval et pour la filière événementielle sportive françaises de montrer au monde son savoir-faire, de contribuer à une meilleure connaissance des bonnes pratiques par tous, et plus globalement, d’accorder à ce sujet de société majeure qu’est le bien-être animal la place centrale qu’il doit occuper. Le groupe GL events, son département équestre GL events Equestrian Sport et l’ensemble de leurs partenaires, au premier rang desquels Longines, la Fédération Équestre Internationale et la Fédération Française d’Équitation, sont ainsi fiers, à deux ans de ce rendez-vous d’envergure planétaire, de permettre à tout un chacun de s’approprier les valeurs qui font notre sport, d’aller à la rencontre de sensibilités différentes, pour ainsi faire avancer une cause qui nous est chère, à nous tous réunis pour cette 28e édition d’Equita Lyon. »

Mégane Moissonnier, cavalière de saut d’obstacles, membre de l’équipe de France :
« Aux écuries, Laurent Guillet et moi veillons à ce que nos chevaux aillent au paddock chaque jour, le plus possible, c’est primordial pour leur mental. Lorsqu’ils rentrent de concours ou après le travail, nos chevaux vont au paddock. Et en concours, ma groom Margaux est vraiment aux petits soins avec eux et veille elle aussi, parfaitement, à leur moral. »

Pauline Basquin, cavalière de dressage, membre de l’équipe de France, femme-écuyer du Cadre noir de Saumur :
« L’équitation de tradition française, inscrite au Patrimoine mondial de l’UNESCO, est une équitation du respect du cheval, dans la légèreté, sans contrainte. Nous nous devons d’être le plus possible à l’écoute de nos chevaux. A Saumur, nous avons la chance d’avoir des kilomètres de piste en extérieur. Sertorius passe la moitié de la journée au paddock, a des
massages trois fois par semaine. En tant qu’instructeur des futurs moniteurs et entraîneurs, nous sommes là pour apprendre à apprendre : le bien-être physique et mental du cheval est un point sur lequel j’insiste dans mon enseignement, que j’essaie de transmettre à mes élèves pour qu’à leur tour, ils le transmettent. »

Lorenzo, artiste équestre, tête d’affiche du spectacle « La Maestria » :
« J’essaie d’avoir un maximum de prairies, non seulement pour faire moi-même mon foin, mais aussi pour disposer d’un maximum d’espace à offrir à mes chevaux, actifs comme retraités. Je garde en effet tous mes vieux chevaux retraités. J’en ai d’ailleurs beaucoup qui ont plus de trente ans ! Mes chevaux vivent en groupes, qu’il faut savoir gérer pour assurer de bonnes affinités, dans de grands espaces : ils peuvent ainsi profiter d’une nourriture saine à base de mon foin. »

Share This: