Hermès présente les films EMPREINTES SUR LE MONDE

La projection privée des films EMPREINTES SUR LE MONDE à Lyon, c’était le jeudi 13 juin dans un lieu insolite, l’Institut Lumière !

En présence du Directeur général en charge de la gouvernance et du développement des organisations d’Hermès Olivier Fournier, du Directeur du magasin Hermès de Lyon Xavier d’Escayrac, et du réalisateur Frédéric Laffont.

Regards sur les actions d’Hermès en matière de développement durable.

Projection suivie d’un débat riche en enseignements et animé par Hélène de Talhouët.

Hermès a invité le cinéaste et documentariste Frédéric Laffont, lauréat du prix Albert Londres, à poser son regard sur le rapport de la maison parisienne à l’artisanat durable et responsable, l’un des piliers de l’entreprise depuis sa création, en 1837.

De récit en portrait, de voyage en rencontre, Frédéric Laffont se laisse porter par les gestes, les hommes, les lieux… Qu’ils évoquent, par exemple,

  • l’emploi et l’ancrage territorial à travers l’implantation d’une maroquinerie à Montbron (France)
  • la formation et la transmission des savoir-faire liés à la fabrication de cravaches et de kits de dressage dans un atelier à Sorède (France)
  • ou encore la préservation d’une technique unique de marbrage de la soie à Kyoto (Japon)

les films de Frédéric Laffont donnent à voir l’empreinte positive que la maison parisienne souhaite laisser sur le monde.

Ainsi, ces différentes histoires racontent comment Hermès s’attache à créer des objets qui traversent le temps, et à tisser des liens avec ceux qui l’entourent. En d’autres termes, comment la maison Hermès construit sa relation avec l’environnement et la société, qu’elle définit comme le rapport au monde de l’artisan.

 

Collection Empreintes sur le monde

Avec un regard plein d’humanisme, Frédéric Laffont laisse libre cours à sa caméra en se mettant dans les pas de la maison :
.
« C’est une collection de courts-métrages documentaires réalisés en liberté, fragments d’un univers plusieurs souvent méconnus, qui ne sont qu’éclats d’un seul et même monde, souligne le cinéaste. Des êtres qui a priori semblent éloignés les uns des autres, sont unis par des liens invisibles. »
.
Se piquer de curiosité, se laisser porter par les gestes et les lieux, pousser la découverte jusqu’au bout du monde…
Notre rapport au développement durable se donne à voir dans cette collection Empreintes sur le monde.

Hong Kong, Chine

Pousser la porte de l’un des quinze ateliers de réparation d’Hermès à travers le monde revient à pénétrer dans l’antre de magiciens escamotant le temps qui passe. A Hong Kong, au 22ème étage d’une tour du quartier Admiralty où ils ont posé leurs outils, Christelle, Farid et Alexandre réservent leurs meilleurs tours à des objets qui ont du vécu. Ni vu ni connu, ces artisans chevronnés formés dans les maroquineries françaises rendent sa jeunesse à un sac aimé, changeant une poignée, travaillant un point de couleur ou jouant du point sellier. Restaurer, réparer, tel est leur métier.

Tokyo, Japon

Son Kelly patiné aux nuances sombres transporte, avec ses menus trésors, le souvenir de sa mère. Et les pages de l’agenda qu’elle se procure une fois par an chez Hermès se couvrent, jour après jour, du journal qu’elle tient depuis l’âge de 4 ans. Un luxe intime, à la fois transmission et récit.

Londres, Royaume-Uni

Hermès collabore avec des artistes comme l’illustratrice anglaise Alice Shirley, pour interpréter la beauté et la richesse de la planète et lui rendre hommage, à travers motifs ou imprimés.

Paris, France

Dessins placardés au mur, prototypage, essais… Au Cinquième étage du 24 Faubourg, l’atelier de Laurent Goblet, sellier chez Hermès depuis quarante ans, a pris des airs de bureau d’étude pour la création de la selle Arpège avec la championne allemande de dressage Jessica Von Bredow-Werndl. D’un trait, d’un arrondi, d’une ligne, la selle rêvée se dessine. Fine et légère, elle saura se faire oublier, contrairement à certaines pièces de musée. Arçon, siège, quartiers, sanglons, tout est question d’équilibre dans ce métier enfourché par Hermès depuis plus de 150 ans.

Sorède, France

Des centaines d’habitants de Sorède, dans le sud de la France, ont tressé fouets et cravaches en bois de micocoulier, jusqu’à ce que l’automobile et les tracteurs ne prennent le pas sur le cheval. Un atelier travaille encore ce bois souple et résistant au pied des Albères, au sein d’un établissement ouvert aux personnes en situation de handicap mental. Hermès lui confie la fabrication de toutes ses cravaches et kits de dressage. C’est la garantie, pour ces objets, de traverser le temps.

Kyoto, Japon

Après des années de recherche, c’est à Kyoto qu’a été retrouvée cette technique du marbrage de la soie, à partir de pâte d’amidon teinte dans la masse puis comprimée. L’entreprise Kyoto Marble de la famille Nose en est dépositaire.

Pantin, France

On les reconnaît à leur blouse blanche, qui leur vaut le surnom de « blouse brothers ». Ce sont les frères Prudhomme, Lionel et André, contremaîtres à la maroquinerie de Pantin. Plus que l’habit, leurs gestes affûtés par une quarantaine d’années de maison en font des mentors à la parole d’or, au regard attentif au moindre détail. IIs transmettent ainsi aux artisans selliers les secrets de finitions impeccables, les exigences du sac parfait.

Londres, Royaume-Uni

Sous les 320 mètres de béton de la Trellick Tower, s’épanouit la Goldfinger Factory. Dans ce « West London » défavorisé, les matières premières délaissées du quartier sont transformées en or. De jeunes gens deviennent des apprentis doués, avec le soutien de la Fondation d’entreprise Hermès. Bois et tôles de récupération se métamorphosent en meubles design. Un projet social centré sur le style.

Kongussi, Burkina Faso

Posez la marmite à l’envers sur le sol et tracez son contour. Puis prenez une termitière vivante, de la paille et du crottin d’âne pour obtenir le matériau réfractaire d’un four écologique. À Kongussi, au Burkina Faso, l’association Tiipaalga enseigne aux femmes comment construire ces foyers économes en bois, moins polluants et améliorant les conditions de vie. Une idée parmi l’ensemble des initiatives soutenues localement par Hermès à travers le fonds Livelihoods.

Montbron, France

La Tardoire serpente au milieu des près, des vaches limousines paressent. Dans son décor de carte postale, Montbron versait dans l’oubli. L’installation de la maroquinerie Hermès a changé la vie des 2 200 habitants de la commune charentaise depuis 2015. Des familles s’installent à nouveau, l’école retrouve des enfants, la vie associative reprend. Une renaissance.

Empreinte d’Hermès sur…

Hermès emploie 13 500 hommes et femmes, dont 4 500 artisans, la première profession représentée dans la maison. Ce pays de la main se transforme et recrute en permanence. Former, transmettre, développer, assurer bien-être, santé et solidarité… Notre ambition est d’accompagner l’accomplissement de chacun.
.
Hermès s’attache à sublimer, dans une vingtaine de métiers, les plus belles matières offertes par la nature. Les gestes de nos artisans respectent cuirs, soie, étoffes, bois, cristal et métaux précieux. Préserver, optimiser, revaloriser, tracer… Notre devoir est de faire un usage pérenne de ces ressources.
.
Hermès possède 41 manufactures en France, sur 52, et compte plus de 300 magasins dans le monde. La proximité avec les fournisseurs, les partenaires et les territoires se cultive sur le terrain. Fertiliser, mailler, rénover, s’engager… Notre rôle d’entreprise citoyenne est de créer des liens durables.
.

Frédéric Laffont

Frédéric Laffont est un reporter et cinéaste documentariste français. Auteur-réalisateur de plus d’une soixantaine de films documentaires, il a reçu de nombreuses distinctions, dont le Prix Albert Londres en 1987. Il a créé l’agence de presse Interscoop et la société de production de longs-métrages Albert Films. En 2011, il a réalisé Les Mains d’Hermès, sur les différents métiers artisanaux de la maison parisienne. Il dirige Camera Magica, une maison de production de films documentaires créée en 2008.

Hermès

Depuis la fondation d’hermès en 1837, six générations d’artisans entreprenants et passionnés contribuent au développement de nouveaux marchés en transmettant à leurs héritiers le culte de la belle matière, du savoir-faire d’excellence, l’amour des beaux objets faits pour durer, ainsi qu’une volonté constante d’innovation.
Hermès est dirigé par Axel Dumas, gérant depuis 2013, Pierre-Alexis Dumas en est le directeur artistique général. Ils sont tous deux membres de la sixième génération de la famille fondatrice.

Humanisme et poésie

J’ai adoré cette collection de courts métrages, et j’ai découvert un travail emprunt de poésie. Hermès, c’est une vision humaniste de la vie !
Maison du futur par ses valeurs et par ses créations, le modèle artisanal est au coeur d’Hermès !

L’artisanat, c’est la transmission

Partager les fruits de son succès en rendant au monde ce qu’il nous donne, est au coeur de la Maison Hermès. Avec ces différentes histoires, Hermès laisse une empreinte positive sur le monde. J’y ai découvert le concept d’économie de gestes. Chacun d’eux est utile, ils servent le rêve du créateur.

« Le luxe est ce qui se répare »

Hermès, c’est en même temps la tradition parfaite et l’innovation permanente
Un grand MERCI à « Julie » de la boutique Hermès Lyon pour cette magnifique invitation !
.

Share This:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *